Florent Raulin, directeur de l’association Graine Île-de-France, décrit l’écosystème dans lequel s’inscrit son organisation et les liens qui l’unissent à la Maison de l’eau.

Florent Raulin, directeur de l’association Graine Île-de-France

Comment peut-on décrire le rôle et les missions de Graine Île-de-France ?

Il s’agit d’un réseau régional d’éducation à l’environnement.

Sa singularité est de regrouper des structures de différentes natures en lien avec ce domaine : des associations, des entreprises, mais aussi des collectivités. Nous avons également un autre collège de membres composés de personnes individuelles.

Notre travail est mené en relation directe avec trois associations qui sont l’Office du développement durable, la Ferme d’Ecancourt et la Maison de la Pêche et de Nature de Levallois. Ces structures font véritablement partie de l’attelage des classes d’eau conduit par Graine Île-de-France et le SIARH.

Nous sommes aux côtés du SIARH depuis 2010, dans le cadre du projet qui a donné naissance à la Maison de l’eau et poursuivons aujourd’hui l’aventure à leurs côtés.

Concrètement, en quoi consiste aujourd’hui votre implication au sein de la Maison de l’eau ?

Nous organisons chaque année un événement de clôture de la Maison de l’eau. Cette année, il se tiendra les 4 et 5 juin 2020.

Pendant ces deux journées, nous accueillons sur le site les enseignants ainsi que les élèves qui se sont impliqués tout au long de l’année.

C’est l’occasion de valoriser leurs travaux, de leur proposer des animations, et pour les éducateurs d’évaluer les informations qui ont été retenues par le jeune public.

L’éducation à l’environnement : un droit pour tous.

Vous pouvez donc offrir une approche pédagogique spécifiquement adaptée aux élèves des cycles 1, 2 et 3 ?

Tout à fait. Nous sommes en mesure de proposer des interventions pédagogiques ciblées pour les enfants.

Sur le territoire du SIARH, on constate une forte appétence des enseignants aux thématiques environnementales. Mais cette offre s’adresse à tous types de populations sans restriction.

Le droit à l’éducation à l’environnement est ouvert à tous.

Partagez ce contenu :
Catégories : ActualitésInterviews